J’ai rencontré Charlotte Dereux, cofondatrice de PATiNE

PATINE MAKEITNOW.FR

Lorsque j’ai touché pour la première fois la matière des teeshirts PATiNE c’était au Salon des Instapreneurs (je vous en parle ici). A ce moment-là la marque avait près de 800 abonnés sur Instagram. Une visibilité primordiale pour cette startup qui s’était donnée pour but de fédérer une communauté de fans avant son lancement officiel.

 

Quelques jours plus tard, dans le café Season on fait le point. Le compte comptabilise près de 2500 abonnés. Créée par Charlotte Dereux et Nicolas Poyet, PATiNE est une toute nouvelle marque « cool and conscious ». Les premiers tee-shirts sont en précommande et on craque déjà.

 

C’est autour d’une citronnade que nous avons discuté parcours, projet et mode avec la pétillante et inspirante Charlotte.

A noter, chez PATiNE on aime beaucoup les hashtags. Cela tombe bien, moi aussi.

 

View this post on Instagram

PATiNE J-2 ❤️ #moodboardmonday #patineparis throwback @instagramfr . . PATiNE MANiFESTO Bonjour, nous sommes #patine, une #newbrand #coming soon, fournisseurs officiels de beaux et bons #essentiels pour votre #dressing. Chez nous vous trouverez bientôt le bon tee qui vieillit bien, des #jeans qui se patinent et font les fesses formidables (on évitera de mettre un #hashtag à fesses), des #pulls qui sentent la tarte aux #pommes, fabriqués pour durer dans les meilleurs ateliers et avec des bons ingrédients #ecofriendly dedans, prêts-à-mixer avec vos baskets préférées et vos bijoux qui brillent. Nous sommes fans de ceux qui changent le monde en y mettant du #bon du #bien et du #beau. Nous aimons le rouge avec le rose, les casquettes, les poches et le velours, nous achetons nos #legumes en privilégiant les #petitsproducteurs locaux, nos #produitdebeaute sont souvent #sansparaben et toujours #crueltyfree, et on adore découvrir (et boire) de nouvelles bouteilles de #vinsnaturels. La moitié des 2 fondateurs mange #vegetarien et carbure aux #latte soja. Nous aimons la #modeethique pas boring et nous pensons que la #modedurable doit toujours rimer avec désirable. Super sorry for the # hashtag but this is how you find your #crew in #2017. Join us and #letsdoit baby !

A post shared by PATiNE (@patineparis) on

 

 

#CHAUSSUREASONPIED


 

Charlotte aurait pu fêter cette année ses onze ans chez le numéro 1 de la chaussure en ligne où elle officiait en tant que directrice de la Marque et du Site. Pourtant, alors qu’elle soufflait sa dixième bougie une petite voix lui a dit « make it now ! ».

« J’ai travaillé dix ans chez Sarenza. C’était beaucoup de travail mais j’adorais ce que je faisais. J’ai beaucoup appris. » confie Charlotte.

Mais ne résumons pas Charlotte à cette entreprise. Elle a aussi été rédactrice en chef adjointe d’un magazine de mode pendant deux ans, puis a travaillé dans le digital pour des grandes marques de luxe.

Durant toutes ses expériences, une petite voix lui rappelait que créer sa marque serait un véritable aboutissement.

 

 

Pour Charlotte les dix ans de salariat sont un beau symbole pour passer à autre chose et oser la création. Nicolas, qui travaille avec elle, a envie d’entrepreneuriat aussi. Il n’en faut pas plus pour tout déclencher.

 

 

#DEUXIEMEVIE


 

 

Lorsque Charlotte décide de monter sa boite, associée à Nicolas, elle fait le bilan de ses envies. « Je savais que je ne voulais pas faire autre chose que des habits, mais en dix ans mon rapport à la mode avait beaucoup évolué. Il faut dire que le monde a changé. Il y a sans cesse de nouvelles marques sur le marché. On consomme différemment. Des idées que j’avais il y avait quelques années n’avaient plus lieu d’être aujourd’hui … », se souvient Charlotte.

C’est vrai que jamais nous avons autant consommé de vêtements. Le choix est fou, le nombre de collections par année hallucinant.  En réalité il y a sûrement assez de vêtements déjà produits dans le monde pour s’habiller jusqu’à la fin des temps.

Comme Charlotte est d’une énergie débordante, l’envie de se surpasser et de partager l’évolution qu’elle a eu en dix ans devient son leitmotiv.

 

Avec modestie, elle souligne « Il y a déjà tellement de jolies choses et de designers créatifs, la mode n’a pas besoin de moi ! »»

View this post on Instagram

Vous me ferez 50 lignes 🚀suivez-nous on lance bientôt🚀 . . Bonjour, nous sommes #patine, une #newbrand #coming soon, fournisseurs officiels de bons #essentiels pour votre #dressing. Chez nous vous trouverez bientôt le bon tee qui vieillit bien, des #jeans qui se patinent et font les fesses formidables (on évitera de mettre un #hashtag à fesses), des #pulls qui sentent la tarte aux #pommes, fabriqués pour durer dans les meilleurs ateliers et avec des bons ingrédients #ecofriendly dedans, prêts-à-mixer avec votre jupe #otherstories préférée, votre top #sessun adoré, vos indispensables baskets veja V10. Nous sommes fans de ceux qui changent le monde en y mettant du #bon du #bien et du #beau. Nous achetons nos #legumes en privilégiant les #petitsproducteurs locaux, nos #produitdebeaute sont souvent #sansparaben et toujours #crueltyfree, et même quand on picole on boit des #vinsnaturels. La moitié des 2 fondateurs mange #vegetarien et carbure aux #latte soja. Super sorry for the # hashtag but this is how you find your #crew in #2017. Join us and #letsdoit baby

A post shared by PATiNE (@patineparis) on

 

 

#PATiNE


 

 

Pour mettre leurs idées au clair, le duo note tous les mots clés autour de leur projet lors d’une après-midi qu’ils avaient pris en congé. Le mot qui revenait sans cesse, sous différentes formes, était « la qualité ». Très vite le rapport au temps a été aussi identifié. « On avait envie de produire des choses que l’on garde » se souvient Charlotte.

En plus de produire mieux, l’idée de charlotte et de Nicolas est d’essayer de faire des choses qui durent et vieillissent bien.

C’est en échangeant sur ce point qu’ils s’exclament « tu vois il faut que ça se PATiNE ! ». Le nom est trouvé. Très rapidement, comme une évidence.

 

Pourtant, Charlotte confie que certaines personnes n’y trouvent pas toujours du sens au premier coup d’œil. Il faut dire que pour ne pas faire vieillot le duo n’a pas hésité à renverser les codes. La typographie, la couleur orange, ne laissent en aucun cas présager que le temps est passé.

 

banniere-page-engagements_1600x

 

A partir de ces mots posés sur un papier le duo n’a pas cessé de se documenter, de lire des livres, de regarder des documentaires. « A ce moment on a eu confirmation que nous allions dans le bon chemin. Nous avions déjà identifié cette problématique, mais jusqu’alors nous n’avions pas pour autant été très attentifs à toutes les publications autour de la mode éthique et responsable » confesse Charlotte.

C’était maintenant acté. Leur marque sera éthique et responsable.

 

« On a réfléchi à ce projet avec Nicolas exclusivement le soir et les weekends, alors que nous étions encore salariés. Nous étions très impliqués dans nos postes précédents. Mais à partir du 1er décembre 2016, lorsque nous sommes partis de l’entreprise, nous nous sommes immédiatement mis à plein temps. De 9h à 20h sept jours sur sept. On le faisait dans la bonne humeur, mais ce n’était plus pour rigoler. A deux il fallait être à 100%. » se remémore Charlotte.

banniere-page-conception-produit_1600x

Les associés ont mis toutes leurs économies dans l’aventure. C’est devenu un vrai projet de vie.

 

 

#QUALITE


 

Il n’est pas si facile de changer ses habitudes de consommation. Pourquoi payer plus cher quelque chose que nous pouvons avoir à petit prix dans n’importe quelle grande enseigne ? Et bien parce que le prix à un prix : celui de la matière première, mais aussi des conditions de travail.

« On s’est s’infligé des contraintes de productions très strictes pour participer à ce mouvement d’une mode plus propre et responsable » souligne Charlotte.

 

GH1A1239_720x

 

Le duo décide alors de commencer par produire des teeshirts.

 

Le choix n’est pas anodin. Ils souhaitent partir sur une pièce pour laquelle ils pourraient travailler selon les règles de l’art, faire un vêtement comme avant. « Il fallait se déshabituer de la manière dont la majorité des vêtements sont faits aujourd’hui. Il y a mille intermédiaires, tu ne peux rien tracer. C’est comme le mauvais café ou les tomates calibrées nous avons oublié comment ils sont lorsqu’ils sont authentiques. Il faut rééduquer notre palais. Sur les teeshirts c’est pareil, une fois enlevé les kilos d’adoucissants on découvre un nouveau touché. ». Pour la coupe, c’est Charlotte qui fait le stylisme et le maquettisme, mais Nicolas – véritable bras droit – n’est jamais très loin. Mais nul doute que lorsque seront produits d’autres pièces un styliste rejoindra l’équipe, notamment pour la conception des jeans.

Une démarche qui révèle les trois piliers de la marque : être séduisant, vieillir bien et être produit avec les choses les plus propres possibles dans des conditions éthiques.

 

 

#COTON


 

 

Pendant quelques mois, les deux entrepreneurs développent une matière dont ils ne sont pas convaincus par de l’aspect final. Mais Charlotte et Nicolas ne sont pas du genre à baisser les bras.

Après avoir fait des salons professionnels du textile, ils décident de partir au Portugal. « C’était la meilleure chose à faire » ponctue Charlotte. Ils rencontrent alors des tricoteurs et des confectionneurs certifiés par le label GOTS, particulièrement exigeant. D’ailleurs, les labels coutent si chers aux fabricants que choisir des professionnels qui l’ont, est gage de grande qualité et une traçabilité parfaite.

Après quatre mois de recherches ils trouvent un fil bio, mais aussi bio recyclé.

 

L’entreprise qui le fabrique utilise du coton bio qui pousse au bord de la mer Égée en Turquie et récupère toutes les chutes de la production pour les intégrer dans le fil.

Cette technique permet de garder un fil très beau qui intègre 40% de recyclé. « Avec le recyclé et le bio on a un impact encore plus important, avec une empreinte environnementale encore moins forte. » souligne Charlotte.

 

 

Une petite fierté d’autant plus importante que cette matière est celle de PATiNE. « Comme nous avons investi dans la recherche nous avons une exclusivité » est heureuse d’annoncer Charlotte. A noter que si cette matière n’est pas très recherchée c’est qu’elle est très chère. C‘est un véritable pari pour une petite startup de miser à ce point sur la qualité. Les teeshirts PATiNE sont tout de même confectionnés à partir du coton le plus luxueux d’Europe.

 

 

#2017


 

 

Lorsqu’ils ont créé la marque, la vente en ligne à été une évidence. « Comme nous ne faisons que de la qualité cela coûte très cher à produire. Il n’y a pas de miracle. Du coup le modèle de distribution en direct permet d’amortir les coûts et d’investir principalement dans la matière » m’explique Charlotte.

Mais l’autre avantage d’une distribution sur le web est de pouvoir raconter l’histoire du vêtement.

 

Indiquer le processus de fabrication, décrire les matériaux, les origines, sur une étiquette est très compliqué. Le site est donc un formidable support pour en savoir plus. Pour la team PATiNE, la partie éditoriale est indispensable pour rendre compte du produit et donner du sens à leur production.

« Aujourd’hui nous n’avons plus besoin d’acheter, pour la plupart. Du coup, si nous le faisons c’est qu’avant tout nous croyons au produit, que nous partageons des valeurs communes avec les créateurs. » souligne Charlotte.

 

La visibilité en ligne de la marque permet aussi au duo d’être entièrement transparent et d’avoir des contacts directs avec leur communauté qui peut dialoguer directement avec eux via Messenger notamment. Une proximité très appréciée par Charlotte qui adore échanger tant sur web que lors d’événement tel que le salon des Instapreneurs auquel ils ont participé.

Un rendez-vous rêvé pour Charlotte qui a les automatismes de son temps. Dès le réveil elle avoue regarder son Instagram.

 

 

#CREW


 

 

En dehors du produit, il y a une véritable envie de créer une communauté, de partager des valeurs et des messages. Charlotte explique, « Si on veut avoir un peu d’impact il faut que l’on aille bien au-delà du produit. Il faut faire vivre des expériences, travailler l’éditorial, aller au-delà de la transaction avec un objet ».

Chez PATiNE il est clair que le message est primordial.

 

Pour cela sur le blog on découvre une vraie section journal, sans même parler d’Instagram. De quoi partager tous types d’inspirations. PATiNE c’est aussi une communauté de culture et de codes. « Pour chaque produit on essaye que le consommateur ait de l’affecte » confie Charlotte.

Evidemment, comme nous avons les mêmes références culturelles que les créateurs, on les aime ces teeshirts. Du coup, on ne sera pas étonné de voir Julia Roberts prendre un bain sur leur compte Instagram.

 

L’influence pop culture fait partie du concept, c’est l’histoire des fondateurs. « On ne plaît peut-être pas à tout le monde, mais on plaît forcement à des gens qui nous ressemblent » s’enthousiasme Charlotte. Le moins que l’on puisse dire c’est que cette marque est authentique.

 

 

#LABOUM


 

 

C’est surement l’un des plus beaux souvenirs de la pop culture. C’est comme si nous mettons dans un même shaker l’actrice préférée des français, j’ai nommé Sophie Marceau, et nos souvenirs – parfois honteux – des boums qui clôturaient nos séjours en classe de neige.

 

 

Alors quel est le rapport avec PATiNE ? Et bien un teeshirt déjà emblématique !

 

Mais aussi un gout prononcé et assumé pour la pop-culture.

L’identité visuelle est très présente autour de la marque. Nicolas s’est chargé du site internet, aidé par un développeur, pour raconter parfaitement l’histoire de PATiNE tout en permettant une bonne expérience client sur la partie marchande du site. Charlotte, elle, s’est particulièrement impliquée dans la direction artistique. L’imagerie est acidulée, cool et trendy à la fois, nostalgique, pleines d’icônes, foisonnante !

« Nous avons pris le temps d’être parfaitement cohérent sur tous nos supports. On a bien posé le cadre, défini ce que nous voulions exactement raconter. C’est important de prendre le temps de le faire en amont parce qu’après, pris par le feu de l’action, des retours clients, des partenariats on est vite tenté par aller dans tous les sens, tout remettre en cause » souligne Charlotte.

 

 

PATiNE a une personnalité forte, des traits de caractère marqués et c’est ça qui lui donne une réelle stabilité. En réalité la marque ressemble trait pour trait à ses fondateurs.

En jouant de ces codes sur leurs vêtements très haute qualité la team PATiNE démontre que la mode éthique et responsable n’est pas une tendance ou une consommation élitiste, mais bien le standard de demain.

 

 

 

#FUTUR


 

 

Avec leur gamme de vêtements qui ont la bonne dégaine PATiNE permet d’apprendre en prenant du plaisir. « Je suis très optimiste sur le fait que l’on s’adresse à des gens intelligents. Il y a un travail d’éducation il ne faut pas faire culpabiliser les consommateurs » aime souligner Charlotte.

En réalité Charlotte et Nicolas travaillent sur le futur. « Nous sommes persuadés que notre façon de produire sera le prochain standard » s’enthousiasme l’entrepreneuse. « On n’a pas le choix d’y venir. ».

 

 

Une vision qui permet aussi aux fondateurs d’être toujours dans une belle énergie « C’est toujours agréable d’être dans le début de quelque chose. » confie Charlotte. « Notre leitmotiv c’est que nos produits doivent plaire aux gens qui ne savent pas que c’est de la bonne qualité et eco-friendly. Du coup on peut impacter plus de monde à l’arrivée. Moi j’ai changé ma façon de m’alimenter comme ça. Avant tout en aimant et en découvrant des bons produits.

Notre idée est d’instaurer une nouvelle façon de consommer au fur et à mesure sans donner de leçon. Jeune j’ai moi-même consommé beaucoup de pièces Zara ; mais c’est graduellement avec plaisir que j’ai changé ma façon de consommer. »

Ce qui démarque PATiNE des autres créations c’est que la marque est très cool.

 

On a inévitablement envie de l’acheter au-delà du côté usuel, pour le plaisir. D’ailleurs Charlotte souligne qu’ils souhaitent proposer « un truc chouette avec de la personnalité qui nous ressemble et qui donne envie ».

Car la mode, même responsable, doit avant tout susciter le désir. Cette industrie n’a pas pour réelle vocation à répondre à un besoin. C’est souvent un cadeau que l’on se fait.

 

 

 

Si vous aimez les habits faciles à vivre, qui vous donneront un peu d’allure et qui ont du sens je ne peux que vous conseiller de vous ruer sur les précommandes jusqu’au 20 juillet – en plus vous bénéficiez d’une réduction de 10 euros !

 

 

 

Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour l’enregistrer et le lire plus tard ! MAKE IT NOW 😉

Publicités

18 commentaires sur « J’ai rencontré Charlotte Dereux, cofondatrice de PATiNE »

  1. Comme je ne veux plus consommer de vêtements qui ne sont pas véritablement éthiques, je suis évidemment ravie d’être tombée sur cette interview. Je ne connaissais pas Patine, mais je pense avoir un tee-shirt dans ma garde-robe très bientôt ! J’adore le style, j’ai hâte de voir ce que ça donne en vrai !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s